ACTUALITES

 

 

 

 

NON au Projet Éolien

 

 

à 500m en face de l’Espace d’art FL qui depuis 6 ans défend l’art en milieu rural.

Le retour d’un projet refusé par une majorité au conseil municipal en mars 2010.

Soutenez l’Art et la Culture en milieu rural qui sont déjà sinistrés.

Partagez .

Pour plus d’infos inscrivez-vous sur pourtaud.eolien@gmail.com

 

 

 

Nous avons le plaisir de  vous présenter et vous faire découvrir quelques artistes qui vivent et travaillent dans  notre région .

Bonne découverte . N’hésitez pas à nous envoyer des retours .

 

Aurélie CAPERAN

©Stephane-Bisseuil-28.

née en 1970

vit et travaille à Saint-Nicolas de Sommaire 61

aureliecaperan.com

« la fragilité suppose des passions vives » *

*Encyclopédie VII, 273, Littré

Le travail d’Aurélie consiste essentiellement dans la quête d’une tension poétique.

Née en 1970 à Grenoble, elle exprime très tôt dans son enfance l’envie de devenir artiste, de créer un monde à elle.

L’oeuvre d’Aurélie est d’une écriture artistique trompeusement simple et innocente au vocabulaire riche de métaphores qu’elle explore dans des figures volontairement ordinaires comme une maison, une chapelle, une enveloppe, une échelle ou même une simple boîte…

A bien regarder ces dessins, ces peintures, on devine l’existence d’un principe narratif, l’artiste nous conte des sensations, des choses quasi inexprimables, des secrets ? Ce seraient comme autant d’architectures découvertes au détour d’un chemin, celui de rêveries, afin de traduire et de partager des émotions intimes ou des notions chères à l’artiste : l’importance d’être en lien, la fragilité des sentiments, le temps qui passe, la question de l’impermanence des choses et leur mystère.

« Je travaille sous forme de séries et j’utilise plusieurs techniques dont le dessin, la peinture, la gravure, et la technique de l’inversé sous verre… Il m’arrive parfois de mélanger ces pratiques sur des supports divers : papier, toile, bois, verre acrylique… d’utiliser du béton sur du verre, des encres sur du bois, mon travail très intuitif et spontané se retrouve de plus en plus souvent dans le dépouillement de mes outils : un petit bout de bois, de la ficelle et quelques bouts de laine plongés directement dans le pot de couleurs suffisent souvent à mon expression.

La sculpture est essentielle pour moi : c’est grâce à cette pratique artistique que je tiens enfin toute ma place d’artiste et de femme. »

Aurélie CAPERAN

BOITE BLEUE, 71X100 cm DESSIN ACRYLIQUE SUR PAPIER 2020
CABANE-NOIRE-9-DESSIN-100X71-ACRYLIQUE-SUR-PAPIER-2020.
CHAPELLE-JAUNE-CHAPELLE-JAUNE-1-DESSIN-92X-65.5-ACRYLIQUE-SUR-PAPIER, 2020
GRANGE-ROUGE-200X140-PEINTURE-SUR-TOILE-LIN-2019
-ENVELOPPE-D-ARGILE-DESSIN-100X71-ACRYLIQUE-SUR-PAPIER-2020.

 

 

 

Sophie VIDEGRAIN

©Jérôme Mauduit

née en 1969

vit et travaille à Le Sap-André 61

sophievidegrain.ultra-book.com

Entre Land Art et Art Pauvre, entre écologie et économie de moyen, mon travail cherche à orienter artistiquement l’œil vers une source d’inspiration concrète, un langage universel: La Nature. Arbres, lianes, feuilles, plantes sauvages ou cultivées, minéraux, neige, glace, fumée…constituent pour moi une palette protéiforme et mouvante.Les végétaux que j’utilise sont essentiellement issus de la flore locale. Je les stabilise et j’extrais la fibre de certains d’entre eux. C’est la base de la fabrication du papier. Le papier, partie prenante de mon travail, a d’abord été crée à des fins pratiques, pour enregistrer un acte, un événement puis pour transmettre une idée et laisser une trace tangible.Mon travail s’applique à laisser la trace tangible, la trace manifeste d’une nature actuellement plus fantasmée que concrète, la majorité de la population mondiale vivant en milieu urbain. Sima démarche peut s’accompagner d’une dimension environnementale et peut-être pédagogique, elle tend ostensiblement vers une perspective sensible et poétique.Les essences végétales que j’utilise sont souvent sauvages et les lois impondérables de leur de croissance forcent l’humilité. De fait, cette démarche libère de trop de contingences, de trop d’attente, de spéculation.Je me trouve moins timide dans cet art « pauvre ». Je me retrouve aussi moins timide dans le regard de l’autre qui percevra dans mon travail une bribe d’élément connu qui fera la relation de mon intention à son imaginaire.L’émotion est dans le regard de celui qui contemple l’objet, pas dans l’objet lui-même. Susciter cette émotion c’est aussi invoquer la mémoire. Toucher, sentir, fouler, arracher, manger, cueillir,offrir… invoque notre mémoire. Et c’est cet écho délicat, parfois subtil qui fait lien, qui peut créer une intimité esthétique presque mystique avec la Nature.

Sophie Videgrain

 

Le Veilleur Assemblage de nervure-papier de peuplier blanc et d’un nœud de bois brûlé. L’œuvre est installée dans une vitrine double vue. 40 x 62,5 cm
Les habits neufs
Assemblage de fibre et pulpe d’iris sur tiges d’acier et éclat de souche. L’œuvre est installée dans une vitrine double vue.
40 x 62,5 cm
©Jérôme Maudui

 

 

 

Sapere Aude Sculpture végétale en fibres et pulpes d’iris, fixées sur un bois brûlé.  ≈ 40 x 23 x 15 cm

 

 

 

L’Avalée Bois brulé, nervures-papier de lierre d’Algerie, acier  73x60x60 cm

 

 

 

 

 

 

 

L’ensemblée Sculpture végétale en nervure-papier de lierre commun et fibre brute de lin H 47cm x D 23,5cm

 

Acalèphe
Sculptures végétales en nervures-papier de peuplier d’Italie et en fibres-papier d’iris
h 72 x d 16cm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre BUISSERET

crédit, Tom Buisseret

né en1947 à Charleroi

vit et travaille à Broglie. 27270

pierrebuisseret.com

 

«  Pierre Buisseret nous offre à la fois l’espace, le ciel, l’infini peut- être, et plus grave encore : tout ce que notre âme est capable de retrouver dans le monologue du peintre. Cela s’appelle la liberté de vivre et d’aimer. Presque un pari sur l’avenir. A propos de l’art, Giacometti avait cette réflexion qui en dit long, sur ce qui se noue entre celui ou celle qui regarde la toile, et le peintre qui nous l’offre : insister, même si ça « rate »… C’est du sérieux en effet. Pierre Buisseret nous donne le feu vert pour reconstituer un monde – le modeler même – que seuls les artistes sont en mesure de capter. Une merveilleuse caravane de nuages gris, surplombant une pierre de toutes les couleurs… »

«  C’est ainsi qu’en pénétrant dans le monde de Pierre Buisseret, vous ne ferez jamais l’économie du jeu et des rêves. Un homme qui ne rêve plus est un homme mort. Pierre Buisseret est vivant. Je le croise régulièrement sous les ciels changeants de Normandie. Bon et beau voyage !

 

extraits du texte de

Pierre – Louis Basse, écrivain

Une étoile s’est noyée, 42×56, acrylique et encres sur papier spécial « Acrylic »de Clairefontaine, 2019
Hommage à Maeterlinck,Acrylique et encres sur papier spécial « Acrylic »de Clairefontaine, 42×56
Territoire a explorer, 42×56, Acrylique et encres sur papier spécial « Acrylic »de Clairefontaine, 2019
La route des étoiles, 42×56, Acrylique et encres sur papier spécial « Acrylic »de Clairefontaine, 2019
Trou blanc, 42×56, Acrylique et encres sur papier spécial « Acrylic »de Clairefontaine, 2019
CIEL-BLEU.
toile 100×80, 2019
100 × 80 cm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean RAULT

vit et travaille à Evreux

www.jeanrault.fr

Mars 2020-Journal du confinement.

Pendant le confinement, les artistes continuent à travailler…

Un jour, j’avais demandé à Bernard Lamarche-Vadel si tout allait bien, et si toutes ses occupations parisiennes ou à l’inverse l’isolement dans un hameau du département de la Mayenne, ne l’empêchaient pas de travailler, il m’avait répondu :

« Quoi faire d’autre ? »

Et oui, en effet, Quoi faire d’autre ? Un artiste, c’est quelqu’un qui travaille tous les jours. Il ne montre ce qu’il fait lorsque l’occasion se présente.

Et il doit quelquefois savoir attendre… Mais travailler, c’est tous les jours !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *